top of page
  • Photo du rédacteurJulien Nowaczyk

2016 - 2020 / Quelles évolutions pour la fonction Achats ?

Dernière mise à jour : 21 juin 2023







Après une parenthèse de quelques années dans le monde des startups, je suis de retour au sein d’une fonction et d’un secteur d’activité toujours aussi singulier. Mes premiers mois au sein du Groupe GEOXIA en qualité de Directeur Achats Groupe m’ont permis de pouvoir prendre la mesure de ces évolutions et de pouvoir déterminer le chemin parcouru. Au cours de mes rencontres virtuelles orchestrées ces derniers mois, une question m’est régulièrement posée – elle porte sur les évolutions que j’observerais. Sans détour,et forte heureusement d’ailleurs, je dois reconnaître que la fonction Achats dans le BTP a continué de grandir – à s’émanciper. Ce développement s’appuie sur plusieurs forces que je vous propose de détailler dans cet écrit : Les compétences / les enjeux puis la digitalisation de la fonction Achats.


Des compétences au cœur des Directions Achats


Être acheteur – c’est dorénavant un « vrai » métier ! J’ai suffisamment combattu – il y a plusieurs années – pour faire comprendre que ce métier – et ceux environnant la fonction - demande des compétences techniques indéniables. Même le concours Miss France 2021 appuie cette professionnalisation !


Favorable à la transversalité des compétences et à l’ouverture de passerelles permettant de pouvoir s’approprier d’autres métiers dans nos organisations, cette évolution des mœurs « professionnelles » doit être accompagnée par un plan de mise en compétences. Illustrons mes propos à travers notre fonction Achat : fut un temps pas si lointain, il était commun de positionner des collaborateurs sans expérience – ni compétence – au sein des départements Achats. Après tout, la négociation n’est qu’une histoire de « bagou » ! Dorénavant, la maîtrise d’un process Achats, le pilotage des risques inhérents à notre fonction et la maîtrise des techniques de négociation illustrent une partie de la cartographie des compétences nécessaires aujourd’hui. Les organismes de formation proposant d’acquérir ces compétences sont aujourd’hui nombreux – et nous devons nous en réjouir. Cette diversité permet d'accroître la professionnalisation de la fonction et d’infuser ses solutions au sein des organisations. La formation ne se limite pas aux seuls jeunes et impétueux étudiants fraîchement sortis du lycée, classe prépa et autres universités. Le travail mené depuis plusieurs années par la CDAF est à mettre en lumière dans le cadre de la formation continue. La qualité des formations dispensées permet une montée en compétence réelle.


Malgré tout, si je devais engager une réserve sur le développement des compétences de nos équipes Achats, je mettrais en exergue l’effort nécessaire qui reste à engager : les soft skills (Compétences Comportementales). Pas / trop peu d’organisation s’attache à faire progresser leur équipe Achats sur ces éléments. Pourtant, il s’agit bien d’une étape essentielle dans son perfectionnement : comprendre nos émotions et savoir les gérer - asseoir la posture la plus adaptée à une situation, sont quelques exemples illustrant leur importance. Réjouissons-nous, à chaque décennie ses marches à gravir !


Réduire les coûts … le retour !


2020 fut une année imprévisible. Alors que beaucoup annonçaient le monde d’après, les dernières études et articles spécialisés font plutôt état d’un retour du monde d’avant.

A travers son étude publiée le 14 janvier 2021, la société AgileBuyer met en exergue « les tendances et les priorités des départements achats » pour cette année 2021 – menée en partenariat avec le Conseil National des Achats (CNA). Olivier Wajnsztok, Directeur Associé, rappelle que la réduction des coûts restait – certes – une priorité des Directions Achats mais suivait une tendance baissière depuis plusieurs années. Les affres du COVID 19 rebattent les cartes et l’ensemble des secteurs d’activités sont touchés. Pour 77% des Directeurs Achats ayant participé à cette étude, la réduction des coûts est l’enjeu majeur de cette année 2021. Notamment au sein des entreprises où les activités sont fortement touchées par cette crise : le tourisme et la culture, l’hôtellerie et la restauration, l’industrie, etc. Fort logiquement, la mesure de la performance Achats 2021 s'oriente inévitablement sur les économies réalisées sur cette même période.

Ce retour de la chasse aux économies va-t-il marquer une pause dans le développement des autres enjeux engagés par les Directions Achats ? Je ne le pense pas. J’illustre mon positionnement en prenant l’exemple de l’intégration des problématiques inhérentes à la RSE au sein des process Achats et Approvisionnement (sujet de mon doctorat validé il y a plus d’une dizaine d’années maintenant !). Au cours de cette dernière décennie, cette thématique s’est totalement intégrée dans les axes de développement des Directions Achats. Au point que ces enjeux sont aujourd’hui intégrés dans les process et pratiques quotidiennes des DA. Inlassable critiqueur que nous sommes (cette période de crise sanitaire démultiplie notre esprit critique), on pourrait s’offusquer ; nous n’allons pas encore assez loin et il est urgent d’accélérer notre engagement et nos actions – notamment sur les problématiques environnementales. Certes, mais je préfère regarder le chemin parcouru et surtout l'ancrage des actions RSE dans nos process. Nous ne sommes plus sur ce feu de paille que beaucoup aiment encore croire. Enfin, preuve en est, la RSE était l’une des stars des récentes Université des Achats organisée par le CNA début décembre 2020 - thématique abordée avec pragmatisme ! Bravo.


Acheter est une relation continue. Les acheteurs vous le confirmeront : ils recherchent une conduite durable de leurs relations fournisseurs et également internes. Même si la réduction des coûts revient sur le devant de la scène de l’année 2021 – et surement 2022 – je crois intimement que les prochaines étoiles montantes dans les enjeux des DA s’appellent relocalisation et empreinte carbone … les derniers nés de la galaxie RSE !



La digitalisation des Achats


Quatre années dans l’univers des startups – j’en ressors « digitalisé ». Cette fonction Achats a-t-elle suivi cette même transformation que moi ? Est-elle également devenue une nouvelle princesse virtuelle où l’excel est dorénavant assis à côté du boulier, du minitel et du Fax ?

Même si nous connaissons la réponse à cette dernière question, il n’en reste pas moins indéniable que je retrouve une fonction Achats en pleine évolution où sa transformation digitale est en cours. Encore une fois, il serait utopique de croire que l’ensemble des Directions Achats pour tous les secteurs d’activités ont engagé leur transformation digitale. La conduite du changement est longue et périlleuse mais elle suit une lame de fond suffisamment puissante pour s’imposer à nous. De fait, l’opportunité donnée aux acheteurs de s’engager dans cette transformation est une chance incroyable. Devenir acteur de sa propre évolution et de celle de son organisation. Voilà des années que nous attendons ces moments.


Je découvre un écosystème Achats structuré et porté sur l’innovation. Les outils e-achats sont plus nombreux, plus puissants, adaptables. Leur intégration dans des systèmes d’informations pas toujours de première jeunesse n’est plus un frein. Les évolutions technologiques sont marquées par les enjeux de notre société (précision : il ne s’agit pas de « nouveaux » enjeux, mais des pratiques du présent !) intégrant les réseaux sociaux, la mobilité, le cloud et surtout l’analytique. Malgré tout, je n’ai pas encore trouvé le magicien de cet écosystème qui travaille actuellement sur les enjeux Achats en intégrant les prérequis de l’IA (ou plus humblement du machine learning) - s’il existe et qu’il lit cette contribution, au plaisir d’échanger !


Il est toujours important d’illustrer ses écrits – ses pensées avec quelques exemples opérationnels permettant de mettre en perspective les ressentis préalablement exprimés. Pour ce faire, je m’appuierai sur la première étape engagée dans la digitalisation des achats du Groupe GEOXIA : l’utilisation de la solution i-bat consult. Plateforme en SAAS permettant de gérer l’ensemble de ces consultations et de générer une mesure de la performance efficacement. Développé spécifiquement pour le secteur du BTP, cet outil illustre parfaitement cette lame de fond précédemment exprimée. En intégrant cet outil dans nos process, les gains de productivité sont indéniables et immédiats. L’impact sur l’image « moderne » de la Direction Achats auprès de l’ensemble des équipes et parties prenantes internes est également à souligner. Enfin, l’effet est positif sur les premiers fournisseurs utilisateurs. Les gains de productivité sont ainsi partagés en optimisant leur temps de réponse et de traitement de leur donnée. Je suis impatient de continuer à engager ma Direction Achats dans une digitalisation essentielle et excitante.

A suivre …

Posts récents

Voir tout
bottom of page