top of page
  • Photo du rédacteurJulien Nowaczyk

Tant de questions …

Dernière mise à jour : 12 mai 2023

Je dois vous avouer que cette situation sanitaire m’impose un questionnement continue … Que nous apprend cette crise ? Est-elle le prélude à notre vie future ? Une vie où les liens sociaux sont entièrement digitalisés ? Un vie si différente ?

A travers cet écrit, je vous propose une série déstructurée des questions qui me prennent et des remarques que je me fais. Je crois qu’il est important de prendre le recul du questionnement. Les éventuelles réponses viendront dans un temps deux…

Des organisations bouleversées ?

Projetons nous dans 10 ans … Que 2030 paraît loin quand un mois est devenu une éternité ! Après plusieurs années à travailler sur les nouvelles formes d’emploi 

et de formation, d’organisation du travail et de transformation de nos entreprises, il aurait été commun de commencer par l'évidence qu'en 2030 le télétravail sera très largement majoritaire. Mais, nous y voilà déjà ! En un mois, l’ensemble des dirigeants et des collaborateurs ont fait preuve d’une capacité d’adaptation fulgurante.  Zoom, WhatsApp, Slack, et d’autres sont au télétravail ce que le modem 56k était au Web dans les années 1990. Imaginons les évolutions colossales qui nous attendent dans les années qui viennent ! Aussi imprévisible que le COVID 19, cette prise en main du télétravail démontre notre volonté / notre capacité à arriver à nous adapter rapidement aux nouvelles contraintes. Certes, tout n’est pas « parfait » - mais appuyons quelques instants sur le bouton « pause » de notre vie : en un mois, beaucoup ont réussi à transformer leur organisation là où quelques semaines auparavant, ces mêmes propositions auraient mis des années à se faire. Par exemple, j’avoue attendre avec une certaine impatience la réouverture des magasins non alimentaires. Quelles transformations nous attendent ? un nombre de visiteurs limités ? Un temps de présence réduit ? Un parcours imposé ? L’impossibilité de toucher un article ? L’avénement du Drive ? Des articles directement envoyés chez nous ? Des personnels de caisse imposant une distance sociale supérieure à deux mètres ? Un changement total de modèle économique où les commandes web représenteraient l’écrasante majorité de leur activité post-Codiv 19 ? Une réorganisation totale de leur chaine d’approvisionnement avec une re-localisation planifiée ? etc.  

Il est évident que l’ensemble de ces évolutions / actions ont été envisagées par quelques illuminés de ces grandes enseignes mais que - jusqu’à présent - leurs propositions ne trouvaient qu’un écho amusé de leurs dirigeants. On peut même se projeter quelques scennettes amusantes pré-confinement : une salle de réunion avec l’ensemble du board d’une grande enseigne, un ingénieur présentant les risques et opportunités du marché en 2030 : des magasins sans client, une chaine d’approvisionnement totalement renouvelée des robots réalisant la mise en réunion … et les réactions moqueuses d’un ensemble majoritaire. On peut encore entendre  résonner les propos du Directeur Financier  « vous présentez des scénarios utopistes, farfelus, dignes  des plus grands films de science fiction ! Concentrons-nous sur l’immédiateté de demain » … ce type de comité se tenait courant février 2020 … 

La fin des open space ?


Nous venons de goûter aux vertus de la « distance sociale ». Certes, dans notre vie personnelle - peu serait enclin à continuer une vie sans lien réellement humain. Nous attendons impatiemment la fin annoncée du confinement pour pouvoir retrouver nos familles, nos amis, nos lieux de vies. Mais, pour notre vie professionnelle ? Quels fonctionnements pour l’après ? Tous chez nous éternellement ? Et pourquoi pas ? Cette hypothèse

de vie professionnelle semblait totalement impossible, saugrenue il y a encore à peine un mois. Alors, pourquoi ne pas parier sur la mort de ces monstruosités contemporaines que sont les bureaux « open space » associés à la réunionite aiguë ? Avons-nous l’envie de nous replonger dans un partage total de l’espace de travail ? Et surtout … question prioritaire de l’ère post-Covid 19, les espaces de travail « Open Space » respecte-t-il les nouvelles règles sanitaires de distanciation sociale ? 

Tous infectiologues ?

Nous sommes entrés d'un coup, pleinement, dans l'ère du numérique. La maladie peut être pistée grâce aux nouvelles technologies, les enfants être éduqués à la maison avec l'aide d'Internet (et surtout des parents auto-promus professeur d’école), on peut se passer d’échanges physiques avec nos partenaires contractuels (ou pas) et collaborateurs. Notre isolement est en partie pallié par le numérique. Le confinement ne coupe pas du monde mais il transforme considérablement notre existence, devenue un composé de vie réelle et de vie virtuelle. Le rapport de la société à la médecine, à la science, à la raison se transforme. Il y a si peu de temps, nombreuses étaient les personnes réticentes ou hostiles aux vaccins. Sans m’être plongé dans les derniers sondages d’opinion, je ne serais pas surpris que celles-ci soient dorénavant favorables à toute forme de protection contre ces maladies ! Les Français écoutent attentivement ce que les scientifiques expliquent, y compris lorsqu'ils ne sont pas d'accord entre eux. Mon inquiétude se pose sur notre capacité à prendre de la hauteur sur notre propre ignorance : depuis quand sommes-nous compétents pour juger de l’efficacité de tels ou tels traitements ? Depuis quand sommes nous compétents pour déterminer une stratégie sanitaire ? Et pourtant, nous aimons le croire et surtout le faire savoir.  Notre capacité à relayer des fakes news et autres théories du complot m’inquiètent tout autant que ce virus … à la différence qu’un jour nous lui trouverons un vaccin ...

Comments


bottom of page