top of page
  • Photo du rédacteurJulien Nowaczyk

L'esprit de la loi !

Dernière mise à jour : 12 mai 2023

Compétences d’aujourd’hui et de demain !


Je me plonge dans le monde de la formation depuis quelques mois et j’y découvre un terrain de transformation incroyable ! Tout bouge, tout change, tout se révolutionne … Comme une prise de conscience collective qu’il est urgent de changer notre paradigme et d’engager nos apprenants (TOUS !) dans une nouvelle dynamique.

Et comme souvent, notre pays a toujours quelques difficultés à croire que les changements ne sont pas uniquement synonymes d'appréhension ou de régression ! On le sait tous - « c’était mieux avant ! »


La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 6 septembre 2018 concerne tous les salariés et toutes les entreprises et vise à répondre aux obligations de l’entreprise d’assurer l’adaptation des salariés à leur poste de travail et de veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi.

Cette loi s’articule autour de 3 axes principaux :

1. Le développement massif des formations en alternance

2. Le développement de la formation des demandeurs d’emploi

3. La responsabilisation des actifs au travers d’un CPF monétisé et sans intermédiaire.

Pour un nouvel arrivant dans cet univers, ma première réaction a été : « Ok, et alors ? ». En quoi cette loi bouleverse l’ordre établi? En quoi, elle « révolutionne » ce monde de la formation professionnelle ?


Finalement, à travers mes nombreux échanges et interviews, je vous confirme que c’est un changement … sans précédent ! Faisons un arrêt sur image : sur les soixante dernières années, la formation est devenue un système d’infantilisation de l’apprenant et une machine opaque dans son financement. Il faut reconnaître que ce système enlevait toute sens de la responsabilité à l’apprenant. : « on » décidait pour lui et « on » finançait pour lui.

L’esprit de la réforme prévoit plus de liberté, plus de simplification et plus de responsabilité - notamment à travers le CPF où l’ensemble des apprenants ont un accès direct par le biais d'un acteur unique à l’ensemble des formations éligibles. Certes, nous pourrons toujours trouver des points de crispation dans les détails de cette loi et surtout dans son application - notamment sur les critères d’éligibilité au CPF - mais regardons vers l'avant et suivons l’esprit de la loi.


La formation connaît des bouleversements dans ces process, dans ses contenants et ses contenus !


Certes, on ne voit pas encore la métamorphose annoncée mais ne soyons pas impatients non plus. La formation professionnelle est un processus d’apprentissage qui permet à un individu d’acquérir les compétences professionnelles lui permettant d’exercer son métier dans les meilleures conditions tout au long de sa vie professionnelle, de s’adapter aux évolutions technologiques et de favoriser son employabilité. Il en est donc de même pour le processus engageant la mise en oeuvre de cette loi. Découvrons, sensibilisons, essayons, formons …




Car le principal défi des RH n’est pas de développer une "learning academy" d’envergure, non… le challenge sera de réussir à créer l’étincelle, l’envie d’apprendre et surtout de promouvoir et instaurer cette nouvelle habitude auprès de ses salariés, actifs, personnes en recherche d’emploi et éloignées de l’emploi. Le savoir est partout : l’enjeu est donc d’apprendre à apprendre, de chercher et trouver, d’aider à développer l’esprit critique des apprenants pour qu’ils puissent déterminer que telle source est plus pertinente qu’une autre. Les possibilités ne manquent guère. L’erreur serait de penser que la formation dépend seulement des RH : elle doit devenir un moteur chez les employés et à mon sens c’est là que se situe le plus grand défi. Donner envie, donner la soif d’apprendre, encourager et valoriser le développement essentiel des grandes compétences de demain : créativité, persuasion, esprit d’équipe, adaptabilité, intelligence émotionnelle pour ne citer qu’elles. Cela ne dépend que de vous ...

bottom of page