top of page
  • Photo du rédacteurJulien Nowaczyk

Soft skills - une société en mutation

Dernière mise à jour : 12 mai 2023

Compétences d’aujourd’hui et de demain !


Il est extrêmement complexe de prédire notre avenir, même sur un temps court ! Les modèles qui prévalaient au XXème siècle ne sont plus paramétrés pour comprendre, évaluer et engager le monde d’aujourd’hui et de demain. Je ne parle pas seulement des indicateurs financiers et sociaux ou de transformation numérique – nos « logiciels » sont-ils usés et inadaptés ? Nous ne pouvons ignorer ces évolutions profondes : des attentes environnementales, sociales et sociétales sans équivoques associées à des modes de vie et de consommation explicites. Lors de l’université du numérique du MEDEF de 2018, Christian Nibourel, président d’Accenture France s’est exprimé sur l’importance de la transformation en cours de nos sociétés : « le monde est entré il y a une vingtaine d’année dans l’ère du service, laquelle s’est mue en ère de l’usage, ce que montre bien la place prise par les plateformes (Uber, AIrbnb, Booking, etc.), qui nous font comprendre que l’usage, payé au juste prix, tend à se substituer à la possession. »


Si notre société se mute, nous mutons également. Et pourtant, nous ne pouvons nier être confronté quotidiennement à un conservatisme ambiant comme une opposition nette entre « j’aime ma vie d’aujourd’hui » et « c’était mieux avant » ! Nous adorons notre vie digitale, son mode de fonctionnement et de consommation lié – il nous serait impossible de remplacer notre smartphone par un Nokia 3210 ou notre ordinateur portable par le minitel ! Imaginons-nous farfouiller dans le bottin pour y trouver le numéro d’un restaurant ou d’un hôtel ? 


L’avènement du machine learning - puis de l’IA - engagent une profonde remise en question des compétences nécessaires à notre employabilité. Je crois qu’il est indispensable de mettre à jour nos logiciels et ENFIN d’intégrer nos compétences immuables : les soft skills. Cette prise de conscience doit être collective : que ce soit les dirigeants et leurs DRH, les actifs et non actifs ainsi que les acteurs institutionnels – nous sommes tous concernés. 

Notre modèle éducatif - notre manière d’appréhender la formation et l’apprentissage doivent être revus. Non pas avec une énième réforme mais en bouleversant totalement nos idées reçues dès la base. 65 % des enfants scolarisés aujourd’hui en école primaire travailleront dans des métiers qui n’existent pas aujourd’hui. Et pourtant, on continue d’enseigner comme il y a 30 ans ! Je peux le constater régulièrement en regardant mes enfants faire leurs devoirs et me raconter leurs journées ... ignominie de plus, je parachève cette absence de changement en les encourageant à être « performants » dans un modèle que je sais pertinemment dépassé ! Par cette situation, je prends peur de la tâche qu’il nous attend pour amorcer un nouveau modèle d’apprentissage !



Les compétences techniques sont moins difficiles à acquérir que les compétences comportementales. Ne vous en déplaise, la France a une forte culture technique (nos ingénieurs sont chassés dans le monde entier !) et les contenus et les experts existent. L’enjeu des compétences humaines est plus délicat mais le succès de la transformation de notre société repose sur les capacités de ses acteurs à évoluer et intégrer de nouvelles méthodes, à supposer que nous disposons d’une agilité intellectuelle suffisante ! On ne peut donc plus en faire l’impasse dans sa vie professionnelle ; il faut dans ces conditions, apprendre à connaître ces compétences qui forgent notre employabilité – apprendre à se former – apprendre à les exploiter. Encore aujourd’hui, les formations aux soft skills sont réservées aux dirigeants et aux cadres ++ à travers des séances de coaching privatives et/ou des formations plénières dispensées par groupe de 10-12 personnes. Dans ces conditions, il paraît illusoire d’espérer engager une mutation de notre approche « compétences » !

Il est venu le temps de rendre accessible au plus grand nombre la formation aux compétences comportementales … 

bottom of page